Vivre la vie d'un Senior

mardi 30 août 2011

Les principales maladies liées à une infection




Voici quelques exemples des principales maladies liées à une infection. 


Les hépatites virales


Généralités

Les virus des hépatites A, B, C, D, E et G agissent tous en pénétrant dans les cellules du foie et en s'y multipliant. Ils en sortent après éclatement de la cellule et c'est cette destruction qui est responsable de la maladie.

Quelques chiffres

-       VHA : de 10 000 à 30 000 nouveaux cas chaque année en France.
-   VHB : 3 000 cas annuels d'infections aiguës, 1 000 cas d'infections chroniques et autant de décès.
-       VHC : de 500 000 à 650 000 personnes ont été ou sont infectées par le virus en France ; 5 000 personnes en décèdent.

Les principales hépatites

L'infection par le virus de HA

C'est la cause la plus fréquente d'hépatite virale (60 % des cas).

La transmission se fait par voie orale, par l'eau et les aliments contaminés par des matières fécales, coquillages ramassés dans des eaux contaminées par des égouts, ou par contact individuel (mains sales).

Les populations à risque sont les adultes non immunisés voyageant en zone d'endémie, les personnels de crèche, les militaires et les travailleurs exposés aux déchets des eaux usées.

L'infection par le virus de HB

La transmission se fait par le sang (hémophiles, transfusés, toxicomanes par voie intraveineuse, personnels de santé, etc.), par voie sexuelle (homosexuels, partenaire sexuel d'un porteur chronique, sujets ayant des partenaires multiples) et par voie transplacentaire (nouveaux-nés de mère infectée).

L'infection par le virus de HC

L'infection est surtout transmise par le sang (lors d'une transfusion) ou par du matériel souillé par du sang contaminé (seringues chez les toxicomanes et lors d'examens invasifs comme les coloscopies et les fibroscopies gastriques). L'HC post-transfusionnelle est devenue exceptionnelle depuis 1990, date à laquelle un dépistage systématique a été mis en place chez les donneurs de sang. Cette hépatite est particulièrement fréquente chez les toxicomanes (90 % d'entre eux sont infectés).

L'évolution de la maladie

L'hépatite A est responsable d'hépatites aiguës mais jamais chroniques. Souvent, l'infection ne donne lieu à aucun symptôme ou, chez le nourrisson, à une jaunisse ou  ictère ». L'infection évolue en hépatite B chronique (10 % des adultes contaminés et 80 % des enfants) ; un tiers de celles-ci dégénère en cirrhose et de 30 à 50 % de ces cirrhoses évoluent en cancer du foie.

Le risque qu'une infection chronique d'hépatite C dégénère en cirrhose puis en cancer du foie existe comme pour l'hépatite B.

Les mesures

La prévention

Elle repose sur la modification des comportements et de l'hygiène de vie. Pour MA : en cas de séjour dans un pays à haute fréquence d'HA ou pour un sujet non immunisé, la consommation d'eau minérale ou de repas préparés dans des conditions stériles est recommandée, il faut de même éviter de consommer des aliments frais et crus. Pour les hépatites qui se transmettent par voie sanguine (B et C), il est impératif d'éviter l'utilisation de matériels souillés (seringue, matériel médical, brosse à dents, matériel de rasage, etc.).

Pour l'HB, dont on sait que le risque de transmission par voie sexuelle est hautement significatif, il est indispensable de préconiser le port du préservatif.

Le dépistage

Il doit être développé chez les groupes à risque (polytransfusés, hémodialysés, transplantés, homosexuels et hétérosexuels à partenaires multiples, toxicomanes, enfants nés de mères séropositives par le VHC) pour stopper une hépatite chronique et éviter la transmission.

Le dépistage est effectué dans les dons de sang depuis 1971 pour le VHB et depuis 1990 pour le VHC afin d'éviter tout risque de transmission par transfusion sanguine.

La vaccination

Elle n'est pas obligatoire (sauf pour les professionnels de soins) mais est recommandée aux nourrissons et aux adolescents. Elle est le premier outil efficace pour lutter contre les virus A et B. Elle offre une protection efficace dans 95 % des cas et une sécurité virale maximale puisqu'elle est obtenue aujourd'hui par génie génétique.

La polémique au sujet du vaccin de l'hépatite B.

Le secrétariat d'État à la Santé avait suspendu en 1998 les campagnes de vaccination scolaire à la suite d'une suspicion de manifestations pathologiques démyélisantes (sclérose en plaques) déclenchées par le vaccin. Les études épidémiologiques menées par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) ne permettent pas de conclure à l'existence d'un lien de causalité et ne remettent pas en cause l'évaluation du bénéfice-risque du vaccin (recommandé chez les adultes exposés, les préadolescents et les nourrissons).

Le traitement

Grâce à un traitement médicamenteux (Interféron) 25 % des hépatites chroniques sont traitées.

Une bithérapie (Interféron et Ribavirine) permet 40 % de succès.

La listériose

Origines[1]

La listériose est une maladie infectieuse qui touche 300 personnes par an. Elle est due à une bactérie, présente dans l’environnement, appelée Listeria Monocytogènes. La bactérie peut contaminer les aliments sensibles à tous les stades de leur production, fabrication, et distribution mais aussi chez le consommateur. La listériose se contracte en consommant un aliment contaminé: souvent un fromage au lait cru, une charcuterie, du poisson fumé, des coquillages crus, une viande mal cuite, une pâtisserie, certains légumes…

Depuis la mise en évidence de l’origine alimentaire de la listériose, un système de surveillance, de contrôle et d’interventions a été mis en place. En France, l’Institut Pasteur est le centre national de référence.

Les symptômes

L’incubation est de 3 à 8 semaines: il est donc difficile de retrouver l’aliment fautif. Une fièvre pseudo-grippale et des douleurs généralisées constituent le tableau clinique. La listériose présente des dangers surtout chez les femmes enceintes (plus précisément pour les foetus), les nouveaux-nés, les personnes âgées et autres personnes aux défenses immunitaires déficientes.

Chez les enfants et les personnes bien-portantes, elle est sans conséquences, ni signes cliniques.

Les risques

Chez la femme enceinte, la listériose survient souvent au cours du dernier trimestre de grossesse: elle peut entrainer une fausse couche. Chez le nouveau-né, contaminé in utéro, elle engendre une septicémie les premiers jours de vie ou une méningite quelques semaines après la naissance. Chez une personne immunodépressive, la listériose se manifeste par une septicémie; elle peut déboucher aussi sur une méningite, une encéphalite, des endocardites, ou des lésions pulmonaires ou oculaires. Une antibiothérapie doit être mise en route rapidement pour enrayer la maladie et ses complications.

La prévention:

Les populations à risques doivent prendre des précautions et éviter les aliments sensibles. Il est fortement conseillé de suivre scrupuleusement les règles d’hygiène dans sa cuisine. La bactérie se développe surtout à la surface des aliments. Elle résiste au froid même négatif (congélation), mais est détruite à une température supérieure à 65oC: la cuisson est le meilleur moyen de l’éliminer. Tout aliment consommé cru peut être contaminé.

Les 1ères règles à respecter sont:

-       respecter les dates limites de consommation (DLC) et les températures de conservation,

-       réchauffer correctement les restes alimentaires et les plats cuisinés, - ne pas conserver trop longtemps les restes alimentaires et le faire dans de bonnes conditions,
-       respecter la chaine du froid durant et après les achats; ne jamais recongeler un produit décongelé,
-       nettoyer le réfrigérateur 2 fois par mois, et le désinfecter à l’eau javellisée,
-       laver soigneusement les légumes crus et les herbes aromatiques,
-       rincer ou peler les aliments avant de les consommer,
-       enlever la croûte des fromages, - bien cuire les aliments d’origine animale (les steaks hachés doivent être très cuits à coeur),
-       conserver les aliments crus séparément des aliments cuits,
-       après avoir touché des aliments crus, se laver les mains et bien nettoyer tout le matériel de cuisine.

Les aliments à éviter :

-       les fromages et produits laitiers au lait cru, même les fromages vendus râpés; consommer les produits à base de lait pasteurisé, stérilisé ou UHT,
-   les charcuteries crues et cuites, tels que les pâtés, le foie gras en semi-conserve, les produits en gelée …
-   préférer les jambons préemballés: ils présentent moins de risques d’avoir été contaminés à la coupe,
-       les poissons fumés, les coquillages crus, le surimi, le tarama …
-       éviter de consommer des graines germées (germes de soja) crues.

La salmonellose


SALMONELLOSE : INFORMATIONS GÉNÉRALES[1]

Les Salmonelles, bactéries de la famille des entérobactéries, sont une des principales causes de maladie bactérienne d’origine alimentaire dans les pays développés. Elles se manifestent, chez l’homme, par des cas sporadiques, des toxi-infections alimentaires collectives ou des épidémies communautaires.

Après une période d’incubation de 12 à 36 heures en moyenne, les signes cliniques observés sont une entérocolite aiguë avec apparition brutale de douleurs abdominales, de diarrhée, de nausées, de vomissements, de fièvre et de céphalées. La maladie touche plus fréquemment et plus sévèrement les enfants, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées.

La transmission de la bactérie à l’homme se fait, en premier lieu, par la consommation d’aliments d’origine animale contaminés et consommés crus ou peu cuits (viandes, œuf ou lait) et plus rarement par celle de fruits frais ou de légumes crus contaminés par des fécès animales. La transmission interhumaine, liée à des défaillances des mesures d’hygiène, n’est pas rare.

Prévention

En restauration collective (institutions médico-sociales, restauration commerciale et scolaire), des efforts doivent porter sur les points suivants :

1-      le respect des bonnes pratiques de transport, stockage et préparation des aliments ;
2-      le respect strict des chaînes du chaud et du froid ;
3-   l’utilisation de mayonnaises industrielles et de préparations à base d’œufs pasteurisés et de poudre d’œufs.

En milieu familial, le respect de recommandations simples permettrait aussi de réduire les risques liés à la consommation d’œufs crus ou peu cuits. Les œufs, après leur achat, doivent être placés rapidement dans le réfrigérateur (4° C), où leur durée de conservation n’excédera pas 2 semaines. Les préparations à base d’œufs sans cuisson (mayonnaise, crèmes, mousse au chocolat, pâtisseries…) doivent être préparées le plus près possible du moment de la consommation et maintenues au froid. Par ailleurs, il est recommandé, aux personnes les plus sensibles (personnes âgées, malades, jeunes enfants et femmes enceintes), de ne pas consommer d’œufs crus ou peu cuits.

Enfin, les viandes hachées et les viandes de volaille doivent être consommées cuites "à cœur ".

Le virus du Nil

Découvert en 1937 en Ouganda, en Afrique, le virus du Nil occidental est apparu aux États-Unis au cours de l'été 1999. Il s'y est répandu depuis comme une traînée de poudre. Les cas d'infections se multiplient : les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont recensé 251 cas, dont 11 mortels depuis 1999. Or, il n'existe actuellement ni traitement ni vaccin pour combattre ce fléau. Cette découverte permettra peut-être un jour d'en mettre au point.

Différents degrés de sensibilité[1]

Un gène explique pourquoi certaines personnes réagissent plus fortement que d'autres à l'infection causée par le virus du Nil occidental et qui provoque des complications dans 15 % des cas.

Le virus du Nil occidental est transmis à l'homme par une piqûre de moustique lui-même contaminé par un oiseau porteur du virus. Il entraîne une infection bénigne chez la plupart des gens, qui présentent des symptômes comparables à ceux de la grippe. Mais dans certains cas, la maladie peut dégénérer en méningites, hépatites ou en encéphalites mortelles. Les plus touchés sont les jeunes enfants et les personnes âgées dont le système immunitaire est faible. Mais l'âge n'est pas le seul facteur de fragilité. La constitution génétique des individus entre aussi en ligne de compte et explique ces différences de sensibilité à l'infection.

La gale

Il s'agit d'une invasion de la peau par une variété d'acariens ronds, blancs à huit pattes (Sarcoptes scabiei) mesurant moins de 0,5 millimètre et affectionnant les recoins chauds et humides de la peau. La gale s'attrape par contact direct avec une autre personne contaminée (elle ne colonise pas les animaux). Le signe majeur de la gale est une forte démangeaison, plus intense la nuit et souvent localisée dans les plis du corps (aisselle, coude…). Elle ne touche jamais le visage. Chez le nourrisson, le prurit gagne la plante des pieds, un signe évocateur de la maladie. Un examen attentif montre un sillon, qui est la trace de la galerie creusée dans la peau par les parasites.

Que faire dès les premiers symptômes ?

– Une grande lessive à l'eau javellisée à plus de 60 °C (literie comprise) est de rigueur.
– Une désinfection générale de la maison, du malade et de ses proches avec un insecticide adapté vendu en pharmacie.

Quels traitements ?

Bain, badigeon, savonnage, spray… Il n'y a pas de guérison sans traitement : ils sont vendus sans ordonnance (Spregal®, Ascabiol®, Elenol®…). Il est donc primordial de bien en lire la notice : ils peuvent être toxiques chez les jeunes enfants et les femmes enceintes. Ils imposent des consignes strictes de sécurité. L'ivermectine est le seul médicament oral contre la gale (sur ordonnance).

Qu'est-ce qui doit m'inquiéter ?

Des plaques (aspect farineux) survenant sur la paume des mains et la plante des pieds doivent laisser suspecter une infestation par un autre type de gale : la gale croûteuse. Elle est souvent le signe d'un terrain immuno-déprimé (VIH).

Peut-on prévenir les crises ?

Uniquement en évitant les contacts rapprochés avec les personnes porteuses de la gale.

L’impétigo

Qu'est-ce que c'est ?[1]

Il s'agit d'une infection bactérienne (staphylocoque ou streptocoque) de la peau fréquente chez les bébés et les enfants. Elle se caractérise par l'apparition de toutes petites vésicules suppurantes, puis de bulles purulentes qui démangent. Enfin, apparaissent des croûtes jaunes autour des yeux, du nez, de l'anus, de la vulve ou encore dans des zones propices à la macération (aisselles, orteils…). L'impétigo est contagieux d'un enfant à l'autre. Il peut se répandre si on le gratte et former des cicatrices indélébiles. Il s'accompagne souvent de poussées de fièvre ou de gonflement des ganglions lymphatiques.


Que faire dès les premiers symptômes ?

– Éviter la dissémination par grattage en coupant les ongles de l'enfant et en couvrant les doigts de pansements.
– Éviter la contagion en retirant l'enfant de l'école.
– Laver son linge (draps y compris) à part et le changer tous les jours.
– Lui laver les mains plusieurs fois par jour.

Quels traitements ?

Le médecin prescrit un antibiotique (proche de la pénicilline ou des macrolides) par voie générale pendant cinq à dix jours et un antiseptique local.

Qu'est-ce qui doit m'inquiéter ?

L'impétigo se soigne vite et bien, reste que ses signes révélateurs peuvent parfois se confondre avec ceux d'autres maladies comme le zona, la mycose, l'eczéma ou la gale. Ne jamais hésiter à consulter une nouvelle fois le médecin si des anomalies perdurent au-delà du traitement.

Peut-on prévenir les crises ?

Il est recommandé de bien soigner les piqûres d'insectes, égratignures… Ce sont des portes d'entrées pour les bactéries impliquées dans l'impétigo.

La maladie du légionnaire

La maladie du légionnaire : une infection par inhalation

En 1976, à Philadelphie (États-Unis), une épidémie inconnue fait 34 victimes et 150 malades lors d’un congrès d’anciens légionnaires. L’agence sanitaire américaine criera d’abord au complot avant de découvrir les bactéries responsables de ce qui s’appellera la « légionellose » dans le système de climatisation de l’hôtel.[1]

« La légionellose peut se caractériser uniquement par un état grippal », explique le Dr Tattevin, chef de clinique du service des maladies infectieuses du CHU de Rennes. « C’est une maladie pulmonaire à incubation brève :entre 2 et 10 jours ». Elle s’accompagne de fièvre, de céphalées, d’une toux sèche et de troubles digestifs ou neurologiques dans sa forme grave. La légionellose est consécutive à l’inhalation de bactéries présentes dans un aérosol (fin brouillard) d'eau contaminée formé par les systèmes de climatisation, les douches, ou encore les humidificateurs d’air. Quatre-vingt quinze pour cent des cas de légionelloses sont imputables à la bactérie Legionella pneumophila.

En cas de suspicion, on recherche systématiquement dans les urines du patient les antigènes caractéristiques du germe bactérien. L’absence de transmission inter-humaine écarte tout risque de contagion. Les traitements antibiotiques à base d’érythromycine, de fluoroquinolones ou de rifampicine sont efficaces contre la maladie.

La bactérie Legionella se développe dans les eaux chaudes

« Legionella est une bactérie de l’eau présente dans les lacs, les rivières, les eaux de pluie et même dans le compost. », explique Jean Lesne, professeur de microbiologie de l’École nationale de santé publique de Rennes. Pourtant, ce micro-organisme ne se multiplie que dans des conditions bien particulières : une eau chaude entre 35 et 45°C et des matières organiques abondantes comme dans les bras morts des canalisations et les pommeaux de douches entartrés. Les conditions requises pour enrayer le développement bactérien sont connues : une eau chaude à plus de 55°C qui ne stagne pas dans les installations sanitaires.

La grippe saisonnière ou l’influenza

Principaux faits[1]

v  La grippe est une infection virale aiguë qui se propage facilement d’une personne à l’autre.
v  La grippe circule dans le monde entier et peut toucher n’importe qui dans n’importe quel groupe d’âge.
v  La grippe provoque des épidémies annuelles qui atteignent leur pic pendant l’hiver dans les régions tempérées.
v  La grippe est un problème de santé publique sérieux qui provoque des maladies graves et des décès dans les populations à plus haut risque.
v  Une épidémie peut également avoir des répercussions économiques par perte de productivité et solliciter énormément les services de santé.
v  La vaccination est le moyen le plus efficace de prévenir l’infection.

Signes et symptômes

La grippe saisonnière se caractérise par l’apparition brutale d’une forte fièvre, de toux (généralement sèche), de céphalées, de douleurs musculaires et articulaires, de malaise général, de maux de gorge et d’écoulement nasal. La plupart des sujets guérissent en une semaine sans avoir besoin de traitement médical. Mais la grippe peut entraîner une maladie grave ou un décès chez les personnes à haut risque (voir ci-après). La période d’incubation (délai qui s’écoule entre le moment de l’affection et l’apparition des symptômes) est d’environ deux jours.

Populations à risque

Chaque année, les épidémies de grippe peuvent toucher gravement tous les groupes d’âge, mais le plus haut risque de complications concerne les enfants de moins de deux ans, les adultes de 65 ans ou plus et les personnes de tout âge présentant certaines affections telles que des maladies chroniques, qu’elles soient cardiaques, pulmonaires, rénales, hépatiques, sanguines ou métaboliques (comme le diabète), ou un affaiblissement du système immunitaire.

Transmission

La grippe saisonnière se propage facilement et peut frapper une école, un établissement de long séjour, une entreprise ou une ville tout entière. Lorsqu’une personne infectée tousse, elle projette dans l’air des gouttelettes infectées qu’une autre personne peut respirer et auxquelles elle peut être exposée. Le virus peut aussi se propager par les mains. Pour prévenir la transmission, il convient de se couvrir la bouche et le nez à l’aide d’un mouchoir lorsque l’on tousse et de se laver les mains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire